Articles taggés avec ‘concert’

Semiplayback-Gordon-Jeannot Lou Paysan

Jeudi 4 mai 2017

Salut!
Wow, une note tous les cinq mois! Quelle ardeur!
On s’en cogne, je te montre l’affiche que j’ai réalisée pour l’ami Martial de Total Heaven (j’ai de la marge, il a pas mis son blog à jour depuis 2008). Me suis encore perdu dans les couleurs, assez persuadé qu’une version plus simple avec deux ou trois couleurs aurait été mieux. Mais c’est plus compliqué et trop éloigné de mes boulots du moment.

L’original est bien évidemment à vendre:

41,2x29cm, encre de chine et gouache sur papier, 300€.
On se recause en octobre!

Enregistrer

Charr(troul)ette

Mercredi 17 décembre 2014

Wééé, je saiiis… J’t'ai manqué?

J’ai dû faire un gros bouclage au  frein à main pour la Aaarg!#7 (je t’en recause bientôt), puis je suis allé dédicacer à Aurillac- ce qui a clos cette bien trop longue tournée de dédicaces 2014- puis j’ai dormi un peu.

Depuis j’ai fait une dizaine de pages pour un truc dont je dois te causer. Je te dis ça après les fêtes? Deal.

Depuis que je en t’ai causé, j’ai reçu le stock restant du petit artbook que les éditions Charrette avaient sorti sur mes illus en 2008.

Loïc a arrêté ces éditions, le bouquin n’est plus distribué (ou bientôt plus, c’est dur à purger, un diffuseur, ils ont trop pris l’habitude de balancer les stocks à la poubelle).

Donc c’est moi qui te vends ça. 16x12cm, 64 pages n/b= 8,70€ port compris, 5€ de la main à la main. Plutôt paypal pour ce genre de trucs, nan? Sinon comme tu veux.

Et c’est dispo chez Total Heaven, pour les bordelais.

Écouter de la musique à poil.

Jeudi 21 août 2014

Ça y est!

Aaarg!#5 sort aujourd’hui! Je l’ai reçu, il est ÉNORME.

Un dernier petit extrait:

Aussi, à partir de demain je serai à Charleville-Mézières au festival du Cabaret Vert, mais je crois que je dédicace que samedi et un peu dimanche.

Sinon, je viens de manger un melon de la Ferme du Hanneton, si t’es dans la Sarthe, je te conseille ça.

Demain’g!

Vendredi 6 décembre 2013

On se voit ou bien?

Affiche signée de l’excellent Yoan Puisségur.

Entrons ensemble dans la connaissance de rien.

Mardi 8 octobre 2013

Salut,

quelques infos en vrac:

-Je serai bizarrement en dédicace les 18 et 19 octobre prochain en dédicace au salon de la bd de Bassillac.

-Le projet avec Antoine Ozanam dont je t’ai souvent parlé depuis des mois ne sortira qu’en février 2014, donc si tu comptais boire un coup avec moi à Angoulême tu te la mets sur l’oreille.

-Je continue à bosser sur l’histoire de la guillotine avec Marie Gloris, à paraître dans La Revue Dessinée#3 (LRD pour les petit malins) prévue le 13 mars 2014.

-Le projet avec Starsky sera publié dans la revue AAARG! #2 à sortir le 2 janvier.

-Je serai en concert dessiné à accompagner les Kourgane le 7 décembre à la carte blanche laissée à À Tant Rêver Du Roi par le Florida à Agen.

TAPETTO TRACI = TUERIE

Mardi 20 octobre 2009

20-10-09
DECAPANTE
TAPETTO TRACI
BLACK LIQUID DEATH

au St-Ex – Bordeaux – 5 boules

Bordel, commence à peler sévère, vite descendre à la cave du St-Ex où Black Liquid Death commence, justement. Ca s’est un peu amélioré, mais… ça reste assez chiant. Disons pop rock « noisy », mon deuxième adjectif honni après « ludique ». Le batteur est plutôt chouette, dans le genre simple et efficace, et je crois que ça aurait pu me plaire un peu plus avec un énorme son dégueulasse. Je vais plutôt faire un peu chier Maud au bar mais ne rate pas le début de Tapetto Traci. Le boss a fait une chro élogieuse de leur dernier, voyons ce que ça donne sur scène.
TUE-RIE. Bil, j’ai jamais vu Sweep sur scène, mais merde, essaye de voir ce groupe si tu peux. J’adore Sweep, et si j’avais eu l’occase de les voir, je me serais pas attendu à un concert aussi bien que celui-ci.
La basse batterie est tenue par Danisco. Toujours un plaisir. Guitare et basse jouent le plus souvent ensemble pour laisser le champs libre au sax, même si les deux cordistes savent s’éloigner et bien amener leurs effets. Le plus étonnant, ce truc qu’on voit pas souvent, c’est la faculté qu’a ce groupe à monter la sauce. Quand tu crois que l’intensité est au top, ça monte d’un cran, puis d’un autre, petit stop & go, BOOM, encore plus haut, et ça continue comme ça encore longtemps. Je pige qu’on puisse être réticent avant de voir un groupe « prog » ou « jazz rock », tu vois déjà les mecs qui sortent du conservatoire essayer de s’encanailler un brin. Tapetto Traci ça joue, très bien même, mais avec cette grosse énergie viscérale qui fait la différence. Et sans ces postures de serial killers de cabaret, eux sont agressifs mais pas belliqueux. Ou l’inverse, je sais plus. Je prends de plus en plus mon pied et j’en reviens pas vraiment. Un des meilleurs groupes que j’ai vu depuis… Un super groupe, vraiment.
HouOUou, ça va être dur d’enchaîner après ça, bon courage aux espagnols de Decapante. Toujours deux basses-batterie, mais ils auraient dû passer en deux, d’autant que le son est pas assez fort pour leur genre. Me rappelle que la première fois ça m’avait écrasé la tête à l’Inca, ici la salle est ptet trop grande, le public trop clairsemé. Super set quand même, batteur jouissif, mais pas forcément dans les meilleures conditions, quoi.
Ca se termine, et merde, ça c’est du lundi!

SINCAB!

Samedi 3 octobre 2009

30-09-09
SINCABEZA
à l’ATHENEE LIBERTAIRE
– 5 boules

Je sors du train, à genoux, mon gros sac sur le dos avec un bocal de potje vletje qui me ponce les côtes. Passage délestage éclair à l’appart et direction le pub pour un apéro avé Tank et Fattos. C’est là que j’apprends que Sincab joue ce soir à l’Athénée. Un peu surpris. C’est vrai que c’est la première rentrée sans l’Inca, le Son Art (où j’ai jamais trop trainé de toute façon) ni la Centrale. Du coup j’ai pris un coup de vieux, je suis plus au jus des concerts, et c’est vrai que les gens de l’Athénée sont pas les rois de la communication.
Sincab, toujours bons à voir, et bien différents depuis l’apparition d’Antoine dans le line-up. La première fois que je les ai vus à quatre, aux alentours du printemps dernier, j’avais été bien surpris; je m’attendais en gros à une deuxième guitare qui viendrait épaissir et relever la sauce math-noise d’un des deux bons groupes bordelais (pas Noir Désir pour partager la première place du podium, mais Glu). J’aimais de plus en plus ce groupe en trio, comme il s’éloignait des pièges post Don Cab pour muscler le jeu à coups de tension et d’abrasion. Je pensais que le quatrième allait encore plus enfoncer le clou. Tout faux.
Tu te doutes que je profite de la bière à un, de la clope et de la discussion. On arrive un peu en retard par rapport à l’horaire annoncé, donc pile à l’heure, un des bons côtés de la vieillesse (cf. maturité). Me faut donc te parler du nouveau gumbo de Sincabeza.
Quand t’es devant le groupe, c’est un peu Cap Canaveral. Philippe La Cambrette a toujours son rack d’effets énorme. Antoine à la deuxième gratte n’est pas en reste de ce côté-là, mais a des éléments de batterie en plus. La section rythmique la joue sobre. Les quatre ont chacun un clavier. Ca commence. Oublie la noise, garde un soupçon de math suggéré par l’imbrication des cordes. Les compos sont toujours aussi bonnes, mais dans des stuctures plus post rock, en montées cool et beaucoup plus enjouées que par le passé. Telerama dirait « lumineuses », « assagies » ou « matures ». Moi je vois le GROOVE. Surtout amené par ce bassiste d’enfer, et un groove qui n’hésite pas à être vicelard et à dégager des espaces pour les contre-attaques des guitares. Des compos aux faux airs d’impro, Roussel te causerait d’Impressions d’Afrique (wé, ça en jette même si je l’ai pas lu). Antoine double parfois la caisse claire et le groupe envoie la transe tribale et mélodique. Super, super bon.
La fin du court set me convaincra moins, le côté jam l’emportant un peu trop pour moi. Le groupe rôde ses nouvelles compos, et les concerts que j’ai pu voir sont de mieux en mieux, ça promet de bons moments et un putain d’album à la clé, j’imagine.
Si j’avais pas eu à faire les courses, je t’aurais parlé des deux autres groupes, Moravagine et Bernays Propaganda (pour qui Sincab a été appelé à ouvrir ce soir, à la dernière minute), bien que n’ayant pas grand chose à en dire. Mais j’ai plus de lessive, et c’est probablement mieux comme ça.

Martin, Dubois et autres galéjades.

Mercredi 15 juillet 2009

11/07/2009
MARTIN& DUBOIS
au Boqueron – prix libre

Fattos m’a encore mis une belle branlée aux darts mais je presse quand-même le pas vers le Boqueron pour vois Martin & Dubois. Je les ai ratés la semaine dernière, comme la grosse buzasse que je suis, et je m’en suis assez bouffé les couilles pour pas trop tenir compte de mes courbatures. J’arrive et un tiers du set est déjà passé, qu’on me dit. Le temps de payer l’entrée (prix libre, soutien à la Centrale), de faire tomber mes pièces aux quatre coins de l’entrée et de me prendre une mousse, je me retrouve devant le duo, et autour des poivrots.

Haaa, ça me fait bien plaisir de revoir ce groupe, ça faisait un bail. Du temps de l’Inca (RIP). Toujours aussi agréable, malgré la chaleur du Boq et ce carrelage qui te chibre les oreilles. Du math mélodique et qui sait rentrer dedans à l’occasion. Le batteur au jeu exponentiel et pas super en place ce soir, mais ça passe easy. Le guitariste, appliqué et précis, place ses mélodies, se sample, gratte autour, s’amuse et assure bien. Agréable de revoir la complicité du duo pour un concert qui fait du bien. Un seul petit regret, pas vraiment de nouveauté depuis le temps, à moins que de nouveaux morceaux aient été joués avant mon arrivée théatrale.

Fattos me rejoint et on va se finir à la (L)cool. Le dimanche on joue au foot et on en chie sous le cagnard et les suées de Guiness. Surtout Fattos qui se fait éclater la gueule par Witko, trois points de suture à la paupière qui lui font rater le début du dîner qui suit avec Ned, Olivvv et compagnie. Mais ça en jette pour le look du concert du lendemain, Pitsky+Ned au St-Ex.

Je me pointe au rendez-vous à 14h35, les Ned se garent juste. Installation, balances, la cave est une aisselle moisie, malgré les ventilos tout le long de la scène. Pas beaucoup de place avec les deux batteries, tant pis pour la ricadance, mais le son à l’air impec. Je joue sur l’ampli de Tristan Ned, merci à toi! On a rencard pour le repas à la fraiche chez Olivvv, j’y suis à 18h30, et c’est un peu bizarre de se casser le rythme habituel d’une soirée de concert. Bouffe impec concoctée par L.J., picolette mignonette, et nous vla tous en route vers la salle sous une petite averse et un ciel pas finaud. Ce soir, j’essaie de jouer (quasi) sobre, pour voir. Après les derniers concerts, ça va me faire bizarre. Une cinquantaine de personnes quand on commence. Super set, me semble, malgré quelques pains, compensés par un charme indéniable.

Ned s’y met, les balances m’ont rendu curieux. Nico a des baguettes cylindriques et une frappe de taureau, vraiment un des plus gros muleurs que j’ai vu. Bon set, m’a semblé, passages bien groovy, cavalcades punkoïdes, le tout mélangé sauce Skingraft et matos total 71. Quelques longueurs, peut-être. Ils reviennent du studio Amanita où ils ont enregistré leur nouvel album, à suivre, donc.

La soirée finit bieeen plus tard, fourbu mais content.

FUCKADE Fiesta

Dimanche 3 mai 2009

Bon, je ferai pas de report du FUCKFEST#2, tu peux te faire une idée en lisant ceux de Nextclues (jours1 & 2), de Tank, de L’Ours et de Steph RadParty. MarieXXme (qui est amoureuse de moi) a réalisé deux chouettes montages, voici la première journée:

4448165

Et la seconde:

4449969

Mais aussi une autre de Basement:

index.cfm?fuseaction=vids.individual&videoid=56694737

Ou Pneu:

index.cfm?fuseaction=vids.individual&VideoID=56694077

Ou SHub:

index.cfm?fuseaction=vids.individual&videoid=56171652

Ou SHUB on te dit!

fuckfest-2-final

Tu pourras aussi mater les supers tofettes de Tank, ou aussi celles-ci et celles-là.

Là tu devrais pouvoir te faire une petite idée.

Passe Montagne

Samedi 18 avril 2009

17-04-09
MI AMI
PASSE MONTAGNE

au ST-EX- Bordeaux

Encore sur mon petit (énooorme) nuage du Fuckfest #2 du week-end dernier, une bonne branlée au ballon me remet un peu les pieds sur terre, et j’arrive donc clopin-clopant devant le St-Ex, sans omettre de perdre sur la route mes derniers cinq euros. Plus un rond, ça sera mon dernier concert avant un bail, content que ça soit pour Passe Montagne.
On ressasse encore un peu plus ce fest fabuleux avec Tank et Muscly (R.I.P. Fattty) et Phillipe « la cambrette » Sincab, à l’orga avec HMNI, attend que la salle se remplisse un peu avant de commencer.
Pas une grosse affluence, un peu plus tard, pour la tête de gondole Mi Ami, de San Francisco (…). Et c’est normal, le chanteur guitariste est insupportable, il couine et gratouille aigu et pieds nus de surcroît, le batteur aime l’afro beat et s’en sort pas mal, le bassiste groove bien mais a un son dégueux. Pas aimé.
Mais quand la soirée a vraiment commencé,un peu plus tôt et malgré la salle bien vide, ce sont les nantais qui ont tué l’ambiance. Je m’attendais à moins difficile que ça, pour tout te dire. Ca joue terrible, t’imagines, super son en plus, mais le trio s’évertue à brouiller les pistes du headbanger qui se mettra le mullet sur l’oreille ce soir. Des parties alambiquées, ça donne l’impression de tourner qu’en nombres premiers, tiens si on repartait sur l’avant dernier temps pour un gros riff qui fait plaisir avant de le décomposer, de le destructurer, de l’atomiser, tiens on change le tempo, on accélère, on ralentit, on te bute. Coco Suaudeau dans le hachoir. J’ai envie faire gaffe tout le temps, de rien rater, pour savoir comment ces mecs sont en train de me balader. Me semble que l’audience a trouvé tout ça bien abscons dans l’ensemble, et moi aussi pour tout te dire, mais pas trop. En général je me barre après trois morceaux sur ce genre de groupe qui enchaîne des parties incohérentes au grand plaisir des connoisseurs Telerama. Là je suis resté, avec le sourire crispé des plaisirs masos qui me fait penser que je viens de voir un putain de bon concert.
Merci aux orgas qui ont pris un superbe four, je serai pas le seul fauché dans le coin, j’ai l’impression.