Articles taggés avec ‘Glénat’

Sombre ferme.

Vendredi 5 juin 2015

Hey!

Cette fois-ci, ci, un bout de la page 40. C’était le début d’une série de pages plus noires, vers la fin du bouquin.

J’avais besoin de dessiner les pages plus claires au départ, histoire de caler le dessin d’emblée. Ensuite les variations peuvent arriver, et notamment le noir. T’as déjà vu un peu de mon travail, je suis habitué à travailler les noirs. L’enjeu ici, c’était de concilier ces à-plats noirs avec le trait du début (de ce livre), à la plume. Sans tomber dans l’imitation gravure.

Et donc nous v’la rendus là, comme dirait quelqu’un qui s’y intéresse:

Bon week-end à toi, Gilbert.

 

Nappe Vichy.

Mardi 2 juin 2015

Heeellooo.

La suite. J’avais repéré des tas de choses profondes et palpitantes à te dire sur cette page, mais je suis trop fatigué pour m’en souvenir.

Ha si, faire rigoler le bonhomme, c’est pas facile.

Voila l’étendue de mes réflexions du moment.

Je dois rendre les dernières pages de l’album à la fin du mois, ça va être sportif.

Mais là, on en était là, avec ces bouts de la page 44:

 

 

Dessus de table.

Jeudi 28 mai 2015

Adiouuu!

Punaise, pas bien eu le temps de penser à toi, cette semaine. Trop de taf, trop de merdiers à gérer.

Ce coup-ci, j’avais enchaîné avec la seule pleine page du bouquin. J’avais été étonné de ce choix de la part de Sylvain; généralement, on s’en sert pour une scène d’action muy espectacular ou un moment fort, un carrefour dramaturgique ou le climax. Là, avec un peu de recul, de s’en servir sur une scène calme, ça fait une bonne respiration à l’orée du dernier développement de l’histoire.

Après, le défi c’était de rendre ça intéressant. Mmm. On en recause quand je récupère des neurones. En août, à peu près.

Ce qui n’empêche qu’on en est là, avec la page 43, mon pote!

Pour aller avec la page, je t’aurais bien mis un morceau de Table, un chouette groupe de noise 90′s, mais grooveshark a coulé et c’est le genre de nom de groupe chiant à chercher.

Changer de vie.

Mardi 12 mai 2015

Salut!

Tu connais la différence entre un scénariste et un dessinateur? Comment te dire… Voici une phrase tirée du scénar du mignon Sylvain Ricard pour la page 21:

« William dans un gymnase à une conférence, il est dans le public mais pose une question au micro. Serge, sur le côté, le désigne à Yann. »

C’est cool, c’est compréhensible, c’est simple. Simple comme ce mot: « GYMNASE ». Sept touches sur le clavier et hop, on passe à la suite.

De mon côté, ça donne:

et

Des fois, l’immédiateté de la musique me manque…

Mais je suis pas bégueule, alors je t’en remets un bout:

Ce qui nous donne:

25 pages de faites sur 62.

Love & bullets.

Mercredi 6 mai 2015

Bullets:

& Love:

Des bouts de la pages 23, mon pote!

Fin juin, normalement.

Vendredi 1 mai 2015

YO!
Même scène, y a cinq pages, ce qui en fait la pàlus longue de l’album, si je ne me trompe. Là c’est la page 22:

Pas bien le temps de te causer aujourd’hui, mais ça nous donne:

Et bon week-end à toi.

La scène au gros cul.

Jeudi 30 avril 2015

Salut!

Comme je venais de terminer la scène « clip » avec un peu d’action, j’étais resté sur ma lancée et m’étais attaqué à un gros morceau. Une scène assez comparable à la précédente dans le sens où la narration n’est pas linéaire mais expose plutôt des évènements clés pour la suite du récit tout en étant économe en moyens. Avec en plus un dialogue ping pong en off qui s’entremêle parfois avec les images et qui finit par rejoindre le récit général sur les dernières cases. Encore du lourd, donc, avec deux ou trois scènes par case, c’est à dire autant de décors, de fringues, d’ambiances, de persos. Me suis bien galéré la gueule, autant te dire. Mais c’est une scène importante, j’ai pris le temps nécessaire.

On commence donc avec des bouts de la page 20.

Ce qui nous donne:

5, 4, 3, 2, 1- TEMPO.

Vendredi 24 avril 2015

Yo!

Comme pour hier, un bout de la page 15, qui clôturait la scène « clip » dont je te causais début mars. C’était trop ingrat, comme taf, j’ai préféré passer à autre chose plutôt que de bâcler, du coup j’ai pu peaufiner quand je m’y suis remis. Hier le calme, aujourd’hui l’action, et ce sur la même page. Et des difficultés à représenter ladite action:

J’ai fait de mon mieux, mais- à ma décharge- je connais très peu de dessinateurs qui y parviennent.

Et donc ça avance, coco!

Et bon week-end à toi.

Repos du guerrier.

Jeudi 23 avril 2015

Hello!

Un autre truc que j’aime bien avec ce projet, c’est que les scènes d’action et de calme s’enchainent fréquemment. Et vu que j’ai choisi de pas forcément bosser dans l’ordre de lecture, je peux adapter mon taf à l’humeur du moment. Un indice sur mes envies, dernièrement:

La bombe humaine.

Lundi 13 avril 2015

Salut!
Extérieur, intérieur:

J’en connais d’autres.
Des bouts de la page 29, où gabougne a encore des soucis:

Youhouuu: